Le titre de ce billet tombe à point nommé en ce début janvier. Néanmoins je n'ai nullement l'intention de te parler galette...Non, le terme 'épiphanie' est ici à prendre au sens littéraire, voire philosophique, à savoir à celui d'une 'Prise de conscience soudaine et lumineuse de la nature profonde de' quelque chose, me dit mon ami Larousse. Le genre de truc, tu te dis 'waouh.....avant j'avais de la purée dans les yeux, mais, enfin, j'accède au sens profond des choses'. Ce mardi, moi, humble teacher, ai fait vivre à deux de mes élèves, dans deux situations totalement différentes, une expérience épiphanique- n'ayons pas peur des mots.

Situation one: mardi matin, je retrouve mes 3èmes après deux semaines de vacances. Alors que je m'apprête à les saluer, l'un d'entre eux lance un joyeux 'Happy new year!'. Et moi de répondre avec sérieux: 'HAppy! not LApi' (huhuhu...oui, j'ai vu trop de Lapinou year circuler sur facebook ces dernières années, et le pire, c'est que ce n'est même pas drôle...) 'Ben ouais, c'est qu'est-ce que j'ai dit!' me répond-il, offusqué que j'aie pu mettre en doute son niveau A1 (poke tous les English teachers in the world). Et de répéter à voix haute 'Lapinou year....'

joey 2

Situation two: deuxième cours avec les Segpa depuis cette rentrée. Alors que je leur passe joyeusement la chanson Do you like bananas? (et je rappelle que les Segpa n'ont absolument aucun sens de l'implicite), l'un d'entre eux s'écrie : 'Madame.....en fait, tous les mots qu'on écrit dans le cahier, ce sont des mots anglais.....et donc si on met les mots les uns à la suite des autres, ça fait qu'on parle anglais!'

tumblr joey

C'est beau d'être teacher...

tumblr_inline_mmupqjtRuL1qz4rgp