IMG_20150324_141849

Il y a eu la traditionnelle nuit d'insomnie, juste avant. Il y a eu le réveil trop matinal, le café vite englouti. L'arrivée sur un parking où patientaient déjà les quelques voitures des parents les plus stressés. Il y a eu la vérification des cartes d'identité, les petits mots rassurants, les dernières recommandations. Le trajet en bus, calme, très calme, c'est normal il était encore très tôt. Il y a eu le passage à la douane, le stress palpable chez certains, les 'wouah ça fait trop bizarre de parler avec un vrai anglais!'.

Il y a eu la traversée, le passage obligé sur le pont, la rencontre fortuite avec les collègues de Fort Fort Lointain, le café pour se réchauffer, les falaises de craie blanche qui se dessinent, là-bas au loin.

Il y a eu le crachin, les 'Oh il y a un Mc Do!', les passages aux toilettes par groupe de 20, La visite de la ville, les explications écoutées à moitié, les 'j'ai faim quand est-ce-qu'on mange?', les 'Madame j'ai mal aux pieds'. Il y a eu le sandwich dans le froid, les mains glacées, les règles enfreintes, le ton qui  monte.

Il y a aussi eu la cathédrale, les 'oh!' et les 'ah!', les questions stupides "Les moines, c'est pas seulement en Inde?", et enfin, le tant attendu temps libre dans les rues piétonnes. Il y a eu le passage éclair chez Cath Kidson, les cadeaux achetés pour les filles à la va-vite, flanquée par les deux garçons privés de temps libre à cause de leur comportement agressif, et leurs réflexions peu appropriées 'c'est relou les meufs qui passent leur temps dans les boutiques'. Il y a eu des nerfs à maîtriser, ça oui. 

Il y a eu les retrouvailles, le moment où les mômes te montrent le porte-clef et la casquette qu'ils se sont offerts, et te demandent ce que toi tu as acheté. Le trajet de retour, la panique à calmer dans le shuttle, les questionnaires à ramasser, les 'chauffeurs si t'es champion, appui-heu appui-heu', les 'vous êtes fatigués- on n'est pas fatigués', les premières pelles roulées à l'arrière, les 'mon Dieu mais faites-les taire!!!'.

Et puis, une fois sur le parking du collège, il y a eu les bisous esquivés aux parents, les 'ouais ouais ça a été', et vraiment, je le crois, il y eu de beaux souvenirs à mettre de côté.