J'en avais brièvement parlé lors de mon billet sur la rentrée, l'un de mes projets cette année est de pratiquer l'évaluation sans notes. Au terme de cette première période (et oui, vacances à la fin de la semaine) il est temps que je vous en parle un peu plus longuement.

notes

souce photo

Evaluer sans notes: pourquoi? Il y a de cela 3 ans, deux enseignants de mon collège se sont tournés, à titre expérimental, vers la démarche d'évaluation positive , à savoir l'absence de notes, sur une classe. A la fin de l'année scolaire (2012-2013) ils ont présenté leur bilan, très enthousiasmant, à l'ensemble des collègues. Ils ont réussi à en convaincre quelques-uns, et pendant l'année scolaire 2013-2014, 6 nouveaux enseignants se sont tournés vers cette méthode. Nous sommes encore 5 de plus à l'avoir adoptée à la rentrée 2014. On peut donc dire qu'aujourd'hui, dans notre petit collège, 1/3 des enseignants la pratiquent. Pourquoi s'être tournés vers l'évaluation sans notes? Et bien le simple constat que les notes ne représentaient qu'un chiffre totalement artificiel et ne rendaient absolument pas compte de ce qu'un élève est capable de faire ou non. En effet, quand un devoir porte sur plusieurs compétences, qui obtiennent chacune un résultat dont on fait la moyenne que l'on reporte sur le bulletin, que veut dire cette note? Indique-t-elle à l'élève et à ses parents ce que l'élève est désormais capable de faire ou non? Pas vraiment. Ne nous voilons pas la face: quand il reçoit sa copie, l'élève (comme le parent) s'attarde sur sa note finale, et non pas sur les éléments acquis ou non. Exemple: un devoir comporte 2 exercices. L'élève obtient 10 au premier et 0 au second, sa note est donc de 10/20. En bon élève qu'il est, il se dit 'bon, j'ai la moyenne, ça va'. Il ne cherchera pas à compenser ses lacunes, et ne tirera pas vraiment de fierté de sa réussite au premier exercice.

Evaluer sans notes: comment? J'ai toujours pratiqué l'évaluation par compétences: dans chaque exercice, l'élève doit me montrer qu'il est capable d'accomplir telle ou telle tâche. Mes intitulés d'exercices sont donc toujours: 'Tu es capable de .....'. Mais je sanctionnais toujours par une note. Aujourd'hui, plus de note, mais un code couleurs (oui, je sais, ça fait très école maternelle...) qui correspondent à 4 niveaux d'acquisition: non acquis, à renforcer, acquis, maîtrisé. Par ailleurs, l'élève a, dans son cahier, la grille de tout ce qui va être évalué dans l'année. Quand je lui rends son devoir, il reporte les points dans sa grille. Il sait donc très exactement ce qui va et ce qu'il faut revoir.

20141012_205142

Evaluer sans notes: les effets? Ne nous voilons pas la face, l'évaluation positive n'est pas miraculeuse. Malheureusement, peu d'effets sont constatés sur les élèves faibles. Ni, évidemment, sur les élèves brillants. Par contre, ce qui est établi, c'est qu'elle est bénéfique pour les élèves moyens. Ils ne se sentent pas dévalorisés par une note moyenne, mais constatent qu'ils obtiennent des points verts, et se sentent boostés. Attention, l'évaluation positive ne consiste pas du tout à ne pointer du doigt que ce qui va. Au contraire. Mais elle responsabilise les élèves, et enlève à l'enseignant le rôle de sanctionneur. Pour vous parler concrètement, j'ai une classe de 4èmes 'boulets'...pas de gros moteur, quelques rigolos, et beaucoup d'élèves démotivés. Lors de leur première évaluation, j'ai bien dû constater que je mettais énormément de rouges. Nous en sommes aujourd'hui à la quatrième évaluation, et ils sont de moins en moins nombreux.  Malheureusement, beaucoup d'élèves réfléchissent encore en termes de notes -et en même temps, comme ils sont évalués dans certaines matières avec les notes et dans d'autres sans, cela tombe un peu sous le sens. Jeudi encore, un élève m'a demandé: 'et avec une note, j'aurais eu combien?'.... ce qui montre bien que le système n'est pas encore parfaitement intégré. Quant aux parents....si globalement, il y a 3 ans, la plupart étaient sceptiques, beaucoup d'entre eux se sont montrés convaincus au terme de l'année d'experimentation. Ils ont constaté que le niveau de leur enfant n'avait pas chuté, et qu'ils faisaient bien ce qui correspondait au programme.

Evaluer sans notes, ça change quoi pour le prof? concrètement, la différence se voit au niveau du temps passé pour la correction et le relevé de points: la correction en elle-même va nettement plus vite (plus de barême à calculer, de points à additionner...) MAIS le relevé d'acquis prend beaucoup plus de temps, puisqu'il faut relever les points de chaque exercice une première fois sur mon cahier de bord, une deuxième fois sur le logiciel qui permet de faire le relevé des acquisitions des élèves. Si je résume, avant j'entrais une note par devoir, maintenant, j'en entre 4 ou 5. Donc oui, globalement cela me demande plus de temps.D'un point de vue humain, je dirais que cette évaluation sans notes me remet à la place que j'aurais dû toujours avoir auprès de mes élèves: celle d'un accompagnateur sur le parcours de la réussite.

Evaluer sans notes: ce qu'il faudrait encore améliorer. Aujourd'hui, comme je le disais en introduction, nous sommes 1/3 à évaluer de cette manière dans mon collège. Ce qui veut dire que les élèves naviguent entre deux eaux. Ce qui veut dire également que nos pourcentages d'acquisitions sont convertis en moyenne à l'issue de chaque trimestre. Cela ne me semble pas cohérent. Et puis, évidemment, il y a ces irréductibles de la salle des profs, pour qui cette évaluation est une hérésie. Ce qui engendre débats et tensions. Tant que les deux types d'évaluation seront pratquées, tout le système sera biaisé. Pour ma part, je ne regrette pas mon choix, et j'aimerais voir ce système se généraliser.

Et vous? Que pensez-vous de cette manière d'évaluer?