J'avais 24 ans. J'aurais pu sauter le pas deux ans auparavant, mais la vie, et mes choix, ont fait que j'ai préféré attendre. Ce n'était pas plus mal, je n'étais probablement pas assez mûre, et surtout je n'en avais pas vraiment envie. Enfin pas tout de suite. Mais en septembre 2005, il a bien fallu que je saute le pas. J'attendais ce grand jour avec un mélange d'excitation et d'appréhension.... Dans les semaines qui précédèrent, je ne pouvais m'ôter de la tête cette question: avec qui cela se fera-t-il? Comment seront-ils avec moi? Vont-ils me malmener, ou au contraire comprendront-ils qu'ils ont affaire à une novice en la matière? J'avais lu énormément de choses, j'avais aussi regardé des reportages à la télé....mais je savais bien que la théorie n'avait pas grand chose à voir avec la pratique., que c'est à force de le faire, encore et encore, que l'on devient meilleur.

Fin août, j'ai enfin eu la réponse à ma question. Cela se ferait avec des jeunes assez difficiles. J'ai compris que je risquais de laisser des plumes dans cette première fois. Il est rare en effet que l'on affecte un stagiaire en zone sensible. On laisse plutôt ce privilège aux néo-titulaires. Mais puisque je n'avais pas mon mot à dire...... et bien soit, j'irai donc enseigner l'anglais à cette classe de 4èmeF d'un collège difficile. Après une journée passée à l'IUFM la veille de la rentrée (ils avaient intitulé cette journée 'Survival kit.'.....), je relisais mes notes: se déplacer dans la classe. Parler fort. Les mettre au travail dès le premier jour. OUI, mais comment se comporte-t-on avec face à soi 25 adolescents? Comment faire pour qu'ils m'aiment? Que faire pour qu'ils me respectent? Je n'en avais pas la moindre idée.

Le jour J arriva enfin. J'avais longuement hésité sur ma tenue le matin: jupe ou pantalon? couleurs ou sobriété? veste ou gilet? Je me revois, avançant dans le hall, le cartable en cuir noir dans la main droite, les clès dans la gauche. Nouvelle hantise: et si je n'arrive pas à ouvrir la porte? Les voilà, ils sont là, ils me toisent de leur regard curieux.. Des sourires s'esquissent sur leurs visages. 'Vous êtes bien les 4èmesF?' Question stupide visant uniquement à me donner une contenance....Ils entrent dans la salle, s'installent, je monte sur l'estrade et me lance: 'Good morning everyone, I'm your new English teacher'. Quelques rires...'Qu'est-ce qu'elle raconte??? on n'a rien compris! ici on est en France, alors on parle français'..... La suite, je l'ai oubliée. Je me souviens juste être sortie de cette heure de cours avec des auréoles sous les aisselles, et l'impression d'avoir parcouru un semi-marathon.

Kevin, Christopher, Sarha, Céline, Mélanie, Coraline, Jennifer, Stacey, Tony, Pricillia..... je n'ai oublié ni vos prénoms, ni vos visages, ni le fil que vous m'avez donné à retordre cette année-là.....Sachez que j'ai très souvent pleuré après vous avoir eus. Après que vous ayez menacé de mettre le feu à ma voiture, par exemple. Mais sachez aussi que je suis toujours là, et que vous m'avez appris énormément de choses sur le métier que j'avais choisi, mais aussi sur l'Humain, et la société dans laquelle nous vivons. Avant vous, j'avais toujours vécu dans une petite bulle, protégée de tout.. Je savais parfaitement que la détresse existait, mais vous m'y avez confronté, changeant à jamais mon regard sur la société. Je vous l'avoue, j'ai été triste de vous quitter en fin d'année. Aujourd'hui, presque 10 ans plus tard, quels hommes, quelles femmes êtes vous devenus? Vous souvenez-vous seulement de moi? Depuis que je vous ai rencontrés, j'ai vu défiler des élèves-par centaines. Mais comment pourrais-je vous oublier, vous, vous avec qui c'était la première fois?

remember

Source de la photo

Cette semaine, Alice et Zaza nous proposaient de nous rassembler autour d'une première fois: le premier baiser, le premier job, la première séparation......Et vous, quelle est la première fois dont vous vous souviendrez longtemps?