Quand je suis allée chercher Broutille chez Joline vendredi dernier, celle-ci m'a dit 'Ohlala, aux prochaines vacances ce sera terminé, je ne la verrai plus....et ça m'attriste déjà'. C'est vrai...j'avais presque oublié qu'en septembre, Broutille entrerait au jardin d'éveil. Enfin, oublié, c'est vite dit, parce que depuis que Joline a déménagé, tout est devenu beaucoup plus contraignant. Mais tout se passe tellement bien entre elles deux que nous en avons pris notre parti, et faisons les trajets sans nous poser de questions. A cette réflexion, j'ai donc tout naturellement répondu: 'J'ai rendez-vous pendant les vacances avec la directrice, je verrai bien mon ressenti et pourquoi pas, si je ne le sens pas, continuer ici en septembre'.

Mais mercredi matin a eu lieu ce fameux rendez-vous. Et pour tout vous dire, j'ai été séduite. J'ai passé une heure avec la directrice, qui m'a présenté et fait visiter la structure. J'ai rencontré la dame qui allait être la référente de Broutille et de ses 7 camarades de groupe. J'ai signé les autorisations pour:

- aller se balader au parc se situant à quelques centaines de mètres de là

-aller s'occuper des légumes du potager de la crèche

- prendre le métro pour aller voir le père Noël

-faire la cuisine et manger ses préparations

(heu......y'at'il des parents sur terre qui ne signent pas l'autorisation pour toutes ces activités?)

J'ai tout de suite imaginé ma dynamique Broutille s'éclater dans l'immense jardin situé derrière la maison (2000m², on a le droit de dire que c'est immense?), ou dans la salle de motricité avec ses structures gonflables.  De plus, j'ai été reçue par une dame très à l'écoute de mes demandes, et qui semble très soucieuse du bien-être de nos enfants. Et.....cherry on the cake....toute cette affaire me coutera bien moins cher que l'assistante maternelle. Et tout cela à 8 minutes à pieds, montre en main, de la Tisanerie.
J'ai bien conscience que les structures d'accueil ollectif ont aussi leurs défauts, comme l'inflexibilité des horaires (celle-ci ouvre à 8h00, et c'est vraiment tard!) ou l'accueil des enfants malades. Mais face à tout ce que ma Broutille y apprendra, tous ces inconvénients ne font pas le poids, et je suis prête à les subir.

Alors oui, quitter Joline me fait un pincement au coeur. Mais je suis désormais convaincue que Broutille continuera de s'épanouir dans ce nouveau lieu d'accueil..., qui répondra à son caractère vif et curieux et qui saura la préparer tout doucement à son entrée en maternelle.

noel-slave

Image Fifi Mandirac