C'était un dimanche après-midi. Nous avions un peu traîné à table après un bon repas concocté par ses soins, discuté de choses et d'autres, pris notre temps. Mais c'est au moment où j'ai mis mon manteau et annoncé mon départ qu'il s'est lancé. Il s'est assis, a rougi, légèrement bafouillé. J'ai immédiatement été saisie par son émotion, et très vite j'ai compris là où il voulait en venir. En toute honnêteté, je ne m'y attendais pas. Du tout. A mon tour je me suis sentie submergée par l'émotion. A mon tour j'ai rougi.  Je l'ai écouté aller jusqu'au bout avant de me tourner vers elle. Elle l'avait laissé parler et me regardait en souriant. Bien évidemment j'ai accepté, heureuse, fière et consciente de l'engagement que ce oui impliquait.

C'était il y a deux mois.

Il y a une semaine, leur petite L. est née. Et quelques jours après-ah comme il a été difficile d'attendre- je suis allée me pencher sur son berceau. Mon Dieu...quelle merveille! Je n'ai pas de baguette magique, ne pourrai pas transformer sa citrouille en carrosse, et je ne peux lui promettre de contrer tous les mauvais sorts de la vie... mais je serai à ses côtés, et toujours je veillerai sur elle avec bienveillance et humilité.

Merci à vous les amis pour ce beau cadeau que vous m'avez fait!

Allez, je vous quitte en chanson

Salagadou, la menchikabou, la Bibidi Bobidi Bou

fee